CENTRE DE TORTURES « TOURNEUX » DE CAP AOKAS

50ème ANNIVERSAIRE DE L’INDÉPENDANCE


 

CENTRE DE TORTURES « TOURNEUX » DE CAP AOKAS

 

 

 

Combien d’aveux sont arrachés sous d’atroces supplices ? Combien de victimes algériennes soumises à la question sont mortes sous la torture ? Combien d’Algériens souffrent de traumatismes et d’infirmités suite aux multiples sévices subis ? On se sent froid dans le dos devant toutes ces inventions de souffrances, devant tous ces instruments de torture avec lesquels l’homme dit « civilisé » martyrisa son semblable…

 

Centres de torture

 

Dans la commune mixte de Oued-Marsa, à Cap-Aokas, entre 1952 et 1955, l’hôtel Moska – qui s’appellera beaucoup plus tard « Hôtel du Cap » - est érigé en centre de torture. Les cris et les hurlements de douleur des suppliciés fusent dans la nuit et s’entendent à plusieurs encablures à la ronde. Ils arrivent même jusqu’aux oreilles sensibles des enfants de l’Administrateur civil. La femme de celui-ci exige alors de son époux le déplacement de ce lieu de détention qui sera, à compter l’année suivante, établi plus loin dans une ferme de colon à la sortie est du village d’Aokas.